Rénovation d’une clinique vétérinaire

WILFRID DEYDIER

ARCHITECTE D'INTERIEUR

Redonner vie et gaieté à un lieu où la pratique médicale entachait le décor d’une atmosphère morne et sans âme. C’est avec une telle problématique que cette clinique vétérinaire située en région parisienne a fait appel à la créativité de l’architecte  d’intérieur Wilfrid Deydier.
Reconnu pour ses créations colorées, vivantes et uniques, l’architecte a su répondre par une réalisation où imaginaire et dynamisme ont une fois de plus transformé les lieux, pour le plus grand plaisir des matous, et surtout de leurs maitres.

 

La couleur au service d’une clinique vétérinaire au design ludique et vitaminé

Donner vie à ce lieu où des passionnés soignent et reçoivent chaque jour  les animaux malades : voilà ce que le vétérinaire en chef de cette clinique avait comme projet en faisant appel à l’architecte d’intérieur Wilfrid Deydier.
La couleur, sa force vivace et dynamique a été la réponse positive au bien-être des maitres des animaux, mais aussi au personnel de la clinique.
L’atmosphère est baignée de vert et de verdure, symbolique du milieu médical.
Mais pas que. L’architecte a en effet choisi de développer sa note végétale et exotique avec les plantes et petites jardinières qui offrent un air de renouveau printanier à la clinique.
En plus de sa fraicheur chlorophyllienne, le vert chartreuse et sa touche de jaune apportent de la chaleur aux lieux. La verdure à l’aura solaire est ainsi présente sur les mosaïques en faïence du rez-de-chaussée et du 1er étage. Le vert chartreuse est ensuite décliné sur la porte coulissante de la salle d’opération ou sur les murs à hublots au 1er étage.

Un zeste d’orange parfumé se propage ensuite sur les fauteuils design et lumineux de la salle d’attente et sur les chaises hautes du bar au 1er étage.
De l’orange par bandes verticales dans le couloir qui dessert les salles médicales, mais aussi en grands aplats lumineux au 1er étage et sur les mosaïques à l’esprit Pop art seventy en faïences. Joyeuses et ludiques, les couleurs agrumes apportent du dynamisme et de la fraicheur au milieu médical.

Après le vert et l’orangé, l’architecte choisi d’introduire un rouge profond et vitalisant en trame de fond de la clinique. Loin d’être agressif, il joue ici la marque de la différence et de l’originalité car le rouge est une couleur peu utilisée dans le milieu médical. Vivifiant, il s’intègre finalement très bien dans le décor. Il habille tout le laboratoire, le bureau d’accueil mais aussi le canapé du personnel au 1er étage. Incrustant son tempérament de feu sur les faïences des pans de murs en mosaïque.

Au-delà de la couleur, raviver les lieux ne pouvait se faire sans le jeu des graphismes.
L’architecte imagine ainsi un plafond aux formes géométriques inspirées de la robe des girafes, un couloir marbré aux lignes noires et blanches et la répétition du motif carré des faïences ou de la baie en verre givré de la salle d’attente qui sont autant d’éléments qui participent à l’unicité et à l’esprit artistique des lieux.

 

Quand la mer et le yachting s’invitent, de façon inattendue, dans une clinique vétérinaire

On n’y aurait pas pensé, on n’aurait peut-être même pas osé. Et pourtant, le pari est finement relevé, l’esprit marin est là, se mariant parfaitement au décor de cette clinique vétérinaire.
La force créative de l’architecte s’illustre complètement dans ce parti pris étonnant : rendre légitime et artistique le style qui bouscule les règles établies. Il ose l’inimaginable, balaye nos idées reçues, pour un rendu toujours original et efficace.
L’architecte a en effet voulu introduire dans cette rénovation la personnalité du propriétaire des lieux. Parce que le vétérinaire aime les animaux mais aussi les bateaux et le yachting, l’architecte n’a pas hésité à illustrer ce qui anime son client dans sa création. Une passion qui était également l’occasion de donner vie au règne aquatique et toutes les splendeurs sous-marines dans ce projet par le biais du design.
L’âme du maitre d’ouvrage s’est donc dessinée dans un majestueux bureau d’accueil à la forme de la proue d’un bateau. De couleur wengé bois, la bande en inox et le bois clair rappellent un voilier de course. On y accède en foulant un sol en bois à l’image des ponts marins. Même style yachting pour les escaliers en bois et métal qui mène à l’étage consacré à l’administration et au personnel.

A l’ancienne entrée, l’architecte rajoute une extension d’accueil où les animaux et leurs maitres peuvent attendre le médecin. Ces espaces d’accueil sont séparés par un mur entier en aquarium.  3000 litres d’eau de mer, de poissons exotiques et de plantes marines nous plongent dans les beautés des profondeurs de la mer.

Enfin, au 1er étage, les vitres, plutôt que d’être de forme rectangulaires, dessinent des cercles : on peut ainsi regarder le ciel comme à travers un hublot de  bateau.

Rajouter lien entre déco yachting et monde marin.

 

Au-delà de la décoration, le défi technique

Si la richesse de ce projet se trouve dans sa grande créativité, esprit marin et design fruité, il n’est pas moins riche en technicité.
Les lieux imposaient en effet deux exigences auxquelles il fallait trouver des réponses architecturales précises :
–  adapter les matériaux choisis au monde animalier, aux griffures, salissures et usures rapides
–  réaliser une rénovation au design unique tout en respectant les normes d’utilisation et de sécurité médicales

Pour pallier les dégradations animalières usuelles, les matériaux ont été choisis selon leur facilité d’entretien et leur pérennité.
C’est ainsi que les fauteuils lumineux de la salle d’attente aux couleurs acidulées sont en polycarbonate qui est très facilement nettoyable.
Même choix pour les murs et le point d’accueil qui sont en stratifié, un matériau connu pour son extrême solidité et le large choix de décor qu’il propose. Il est ainsi inaltérable aux griffures, et son entretien est très simple, il suffit de le laver au savon de Marseille.

Concernant les normes médicales, le défi architectural était de les traduire dans une expression esthétique épousant le design général du projet.
Wilfrid Deydier introduit donc l’ouverture et la communication avec des murs en verres. C’est ainsi que depuis le bureau d’accueil, on voit la salle d’opération que les vétérinaires peuvent rendre opaque en fermant les stores. On retrouve cette transparence au 1er étage où les différentes salles sont séparées par des portes vitrées en rappel avec le large bureau en verre.
Une nitescence mise en scène dès l’entrée de la clinique : en effet, on se retrouve dans une zone arrondie en brique de verre lorsque l’on pénètre les lieux.
Enfin, la rénovation de cette clinique a été l’occasion de créer une salle d’opération à la pointe de la technologie et de l’esthétisme : les fils et éléments techniques ont été dissimulés dans le plafond. De même pour la salle de radiologie dont le mur design et coloré ne laisse en rien transparaitre sa constitution en plomb et son épaisseur de 50cm, garantie nécessaire à l’étanchéité aux rayons X  dégagés des actes d’imageries.

Ce qu’on apprécie en pénétrant cette clinique vétérinaire, c’est qu’au-delà d’un avant/après époustouflant, elle est la démonstration de tous les possibles, la réponse chatoyante et positive aux mélanges artistiques que les normes auraient tendances à interdire.
Mais ce projet est avant tout l’illustration que l’architecture intérieure, lorsqu’elle est bien menée, humanise le milieu hospitalier, créant ainsi un rapprochement entre les médecins et leurs patients.