Réaménagement d’une habitation au design couture

WILFRID DEYDIER

ARCHITECTE D'INTERIEUR

Au départ rustique et suranné, ce coin escalier d’un pavillon situé en Ile-de-France a été complètement revu et rénové dans un esprit haute couture.

Avec comme objectif  pour cette rénovation, de la lumière, de la couleur et de la grandeur dans les volumes.

 

Apporter de la lumière et mettre en valeur les volumes

L’objectif premier de cette rénovation d’escalier a été d’y apporter de la lumière : tout le garde-corps a été repeint en blanc additionné d’un tendre rose pastel  sur le reste des murs. L’espace est ainsi adouci, agréable et agrandi.

Le second objectif de la rénovation de ce coin escalier est de mettre en valeur les grands volumes qu’il offre. Alors, une fois l’ensemble unifié et repeint, l’imposant mur en crépi a été gratté laissant place à un mur à l’aspect lissé et uniforme.

Sous l’escalier, l’architecte d’intérieur Wilfrid Deydier incorpore des miroirs qui agrandissent l’espace et réfléchissent  l’illusion d’une verdure foisonnante.

Il imagine aussi un jardin intérieur avec d’immenses cannes de bambous vertes de 5 mètres de hauteur qui  mettent en valeur la hauteur sous plafond de l’espace. De la verdure et beaucoup de feuillages sont mis en place pour  que cette entrée soit accueillante et pleine de vie.

 

Une décoration « signature »

Autre objectif de cette rénovation : apporter une touche signature à cet espace.

L’architecte imagine de grandes bandes horizontales et colorées qui habillent les murs de l’escalier. Des lignes graphiques couleur ivoire, noires, violines, parme et rouges se succèdent et nous éblouissent par la personnalité et le caractère unique qu’elles offrent au lieu. Les couleurs choisies sont vives et douces à la fois, le mélange de ces teintes ravive l’escalier qui prend alors des allures d’étoffe de haute couture.

Une idée ingénieuse car en plus d’être esthétique, les larges bandes horizontales rendent compte de l’échelle d’un volume, et donnent ici une impression de grandeur à l’escalier.

L’ajout de multiples sources lumineuses comme au plafond ou sur les pans de murs rayés met en valeur toute l’élégance et le raffinement que la rénovation a apporté à ce projet.

 

Technicité et esthétisme : le challenge du plafond

La rénovation du plafond est tout à fait remarquable parce qu’elle marie esthétisme et technicité pointues dans un même temps.

En effet, la propriétaire gênée par la mauvaise insonorisation des lieux, imposant le bruit incessant des va-et-vient dans les escaliers, souhaitait une solution pour minimiser la résonnance : il fallait donc trouver une solution à ce problème de nuisances tout en gardant l’aspect couture et graphique de l’ensemble.

Le résultat a été révélé dans la création d’un faux plafond  aux perforations oblongues. Doté de laine de verre, le piège à son se fait verticalement et horizontalement.

Avec, comme signature personnelle et originale, son agencement en escalier : une forme particulière qui étouffe très efficacement chaque décibel. Mais qui est aussi l’occasion de mettre en scène l’éclairage de l’escalier. Plutôt que d’être linéaire, la lumière est hiérarchisée et étagée, reprenant symboliquement la fonction même d’un escalier qui monte et qui descend, ce qui donne un angle très particulier à cette rénovation.

L’architecte nous plonge dans une réalisation où l’harmonie règne en maître, un espace dans lequel les éléments se répondent, avec comme ligne principale la symbolique des marches et tout ce qu’elles peuvent évoquer : hiérarchie, lignes successives, ombres, lumières, étages, volumes et design.

C’est ainsi que chaque bande colorée s’arrête là où chaque étage de plafond commence, donnant l’impression que plafond et bandes graphiques se tiennent la main et sont la continuité l’un de l’autre.

Pour ne plus séparer, mais plutôt démontrer que technicité et esthétisme sont à l’essence même de la créativité de l’architecte d’intérieur.